Ce qui importe, c’est le temps passé devant l’écran

Par le Dr. Kimberly S. Young, Fondatrice de Netaddiction.com et du Centre for Internet Addiction Recovery

Young_Kimberly.originalBien que les nouvelles technologies en tant qu’outils d’apprentissage soient très prometteuses pour nos enfants, l’utilisation abusive de celles-ci peut avoir l’effet inverse. La recherche montre clairement que trop de temps passé derrière l’écran est lié à un manque de réussite scolaire -mauvaises notes, capacités plus faibles en lecture, inattention, difficultés de concentration et problèmes sociaux. Il n’est pas difficile de voir que la télévision, les jeux vidéo et les activités sur Internet sont susceptibles d’interférer avec de bonnes habitudes alimentaires, un sommeil de qualité et le fait de rendre ses devoirs  dans les temps. Ce que l’on sait moins en revanche, c’est que le temps passé derrière l’écran peut empêcher les enfants de développer des outils d’apprentissage essentiels. De nouvelles recherches dans le champs des neurosciences montrent en effet que trop de « temps d’écran » – par opposition à un temps insuffisant passé en face à face – entraîne des modifications du cerveau susceptibles de rendre plus difficiles l’apprentissage en classe et l’entente avec les élèves et les professeurs.

Mesurer l’addiction aux écrans

Compte tenu de la popularité de l’Internet, il n’est pas chose facile de détecter et de diagnostiquer une addiction à Internet, étant donné que son utilisation régulière peut facilement masquer un comportement addictif. Le Questionnaire de Diagnostic de l’Addiction à Internet est un instrument que j’ai développé dans ce but ; c’est actuellement le seul à être fondé sur les critères de diagnostic du DSM, et le plus utilisé dans la recherche.

  1. Vous sentez-vous préoccupé par Internet (en pensant à votre dernière activité sur le Net et en anticipant votre prochaine session) ?
  2. Éprouvez-vous le besoin de naviguer sur le Net pendant des périodes de plus en plus longues avant d’être rassasié?
  3. Avez-vous tenté à plusieurs reprises et sans succès de limiter, contrôler ou arrêter votre utilisation de l’Internet?
  4. Vous sentez-vous fatigué, épuisé, déprimé ou irritable lorsque vous tentez de limiter ou arrêter votre utilisation de l’Internet?
  5. Restez-vous sur le Net plus longtemps que ce que vous aviez prévu au départ?
  6. Avez-vous mis en danger ou risquez-vous de perdre une relation significative, un travail, une opportunité de carrière ou d’affaire à cause de l’utilisation d’Internet?
  7. Avez-vous menti à votre famille, votre thérapeute ou d’autres personnes afin d’avoir plus de temps pour utiliser l’Internet ?
  8. Utilisez-vous Internet pour vous évader et échapper à vos problèmes ou à des émotions négatives (abandon, culpabilité, anxiété, déprime) ?

Les personnes sont considérées comme dépendantes lorsqu’elles répondent par l’affirmative à cinq questions ou plus. Les caractéristiques associées incluaient également une utilisation régulière et à l’excès d’Internet, le fait de négliger ses tâches ou ses responsabilités, un isolement social, ainsi que le fait de cacher ses activités en ligne, ou  de demander à rester seul pour être en ligne. D’une manière générale, l’addiction à Internet  est avant tout centrée sur les critères clés suivants : préoccupation, conséquences, manque de contrôle et isolement.

Trop de temps passé à l’écran: quand les problèmes surviennent

Les enfants doivent tout simplement être attentifs aux leçons ; ils doivent rester concentrés pour parvenir à finir leurs tâches. Quand les enfants en viennent à attendre le niveau d’excitation, la stimulation et récompense immédiate apportées par le rythme rapide des émissions de télévision, des jeux vidéo ou des sessions sur Internet, leur cerveau n’est pas préparé à l’apprentissage en classe. Le danger réside dans le fait que les enfants attendent d’être divertis de façon instantanée, ce qui n’est pas le rôle de l’école ou de la vie professionnelle.

internet-addictionDe nombreux travaux scolaires sont conçus pour tester la capacité d’un enfant à rester concentré sur une activité donnée. Les enfants ont besoin d’entraîner leur patience et leur persévérance afin qu’ils soient prêts à accomplir des tâches difficiles, voire ennuyeuses,  à l’école ou au travail. Beaucoup des contenus apportés par les écrans procurent un divertissement instantané qui laisse très peu de place à l’exercice de la patience.

Les enseignants ont noté que les étudiants de secondaire, toutes classes confondues, ont davantage de difficultés à exprimer des idées qui soient le fruit de processus complexes de pensée et de résolution de problèmes. La capacité à résoudre les problèmes exige que les élèves aient développé une pensée critique et créative. Ils doivent également être prêts à passer du temps à réfléchir aux problèmes en profondeur. Malheureusement, avec un si grand nombre d’heures passées devant l’écran, de nombreux étudiants n’ont plus de temps à consacrer à une analyse en profondeur. Le temps passé devant l’écran interfère avec le temps de pensée, et les contenus en lignes favorisent une pensée superficielle.

D’autres études soulignent que plus on passe du temps sur l’ordinateur, moins on en a pour interagir réellement avec les autres. Les enfants qui ne disposent pas assez de temps en « face à face » sont susceptibles de manquer des occasions essentielles de développer des compétences non verbales, comme la lecture des expressions faciales ou le langage corporel. Une mauvaise interprétation des messages non verbaux peut causer toutes sortes de problèmes sociaux à l’école et plus tard dans la vie.

Le rôle des parents

Limiter le temps passé devant l’écran

  • La Société américaine de pédiatrie recommande de ne pas passer plus de 2 heures par jour devant l’écran. Les enfants de moins de deux ans doivent être le moins possible devant l’écran.
  • Les ordinateurs et la télévision doivent être maintenus en dehors de la chambre. Les enfants ont besoin d’un lieu privé pour étudier sans être distraits.
  • Limitez le «temps d’écran» avant que les devoirs soient faits.
  • Créez des règles pour éteindre les écrans au moment des repas, au moment des devoirs et une heure avant d’aller au lit. Assurez-vous que votre enfant dorme suffisamment chaque nuit.

Superviser les contenus

  • Vous devez savoir ce que votre enfant regarde, à quoi il joue, ce qu’il fait en ligne, et ce qu’on lui apprend. Rappelez-vous que vos enfants vont acquérir des attitudes et des valeurs fondées sur les émissions qu’ils regardent.
  • Vérifiez le contenu des programmes télé, des jeux vidéo, musique et films, et s’ils sont adaptés à l’âge de votre enfant. Apprenez-leur à planifier leur temps passé devant l’écran.
  • Utiliser le contrôle parental pour la télévision et les ordis.
  • Limitez la quantité de contenus violents auxquels vos enfants sont exposés et surveillez leur comportement après qu’ils ont regardé des émissions ou joué à des jeux comportant des scènes de violence.
  • Assurez-vous que les baby-sitters ou autres personnes en charge sont au courant de vos règles concernant le temps d’écran et ce que les enfants peuvent ou non regarder.
  • Partagez les écrans avec votre enfant – émissions télé, jeux vidéo, internet : pratiquez ces loisirs avec votre enfant. Parler de ce qu’ils regardent peut aider les enfants à remettre en question les messages et les valeurs véhiculées par les écrans. Prenez l’habitude de vous renseigner sur les films, les émissions ou les sites qui les intéressent.
  • Parlez à vos enfants des contenus sexuels et violents, des stéréotypes et de l’image du corps véhiculés dans les médias, parlez-leur des stratégies utilisées par les publicitaires pour cibler les enfants, ainsi que des messages irréalistes contenus dans de nombreuses pubs.
  • Soyez un bon modèle. Limitez votre temps d’écran et surveillez ce que vous regardez lorsque les enfants sont à proximité. Equilibrez le temps d’écran avec les activités permettant de rester en bonne santé, de corps et d’esprit. Choisissez des activités qui favorisent la croissance du cerveau – le langage, la lecture, les activités artistiques, les jeux de société, le chant, la musique, ainsi que toutes les activités physiques – le sport, les activités extérieures, les promenade en famille.

Pour plus d’informations, visitez http://netaddiction.com/